Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Tribunes Janvier / Février 2019

> AGIR ENSEMBLE POUR MONTIVILLIERS

Madame, Monsieur,

Cher(e)s habitant(e)s de Montivilliers,

Mise en scène et bévue

Comme les papillons qui aiment la lumière, le Maire est attiré par les estrades, les podiums, les micros et les flashes. Lors de l’inauguration des vestiaires du stade Claude Dupont et de la pose de la première pierre du complexe sportif de la Belle Étoile, il était visiblement flatté de se tenir en majesté devant une salle qui sonnait le creux : quarante personnes au maximum écoutaient poliment les propos dithyrambiques de quelques « sommités locales » à son endroit. « Il faut vraiment sauver le soldat Fidelin » murmura, entre ses dents, l’un des auditeurs. Et un autre d’ajouter « sa campagne municipale est lancée ; on vient d’assister à un meeting de soutien ce jeudi matin ». Le choix de cette date n’était pas le plus judicieux mais pour le Maire, il n’était pas crucial que les professeurs, bénévoles, enfants ou sportifs fussent de la partie tant que ses amis politiques du Havre, de la Codah, de Rouen étaient présents. Autre bévue supplémentaire, les enfants et l’épouse de Claude Dupont ont été tout simplement oubliés. Pour eux, point d’invitation. Claude Dupont avait été formateur et vice-président de l’ASM, employé des services techniques pendant 30 ans. Il est décédé en 1998.

Finances : Monopoly municipal et confusion

Le débat d’orientation budgétaire doit normalement permettre la discussion de la stratégie de développement de notre ville : quels besoins, quels projets, quels services aux habitants ? Une illustration de l’absence de vision et de stratégie cohérente pour le développement de Montivilliers est la politique foncière de la Ville. Le Maire a dévoilé une opération de rachat, évaluée à 400 000 euros, de l’étude notariale de la rue Lemonnier. Or, cette opération ne figurait pas dans son programme électoral. Pourquoi procéder à cette acquisition immobilière ? Où et qui l’a décidée ? Pour quel usage ? Est-il aisonnable de débourser 400 000 euros alors que l’ancien Lycée est toujours en attente d’être rénové ? Il faut cesser de jouer au Monopoly avec les bâtiments et les services de Montivilliers ! Un mois après, ce projet ne figurait déjà plus dans le budget 2019. Quelle confusion !

À noter que 450 000 euros sont prévus pour les déménagements de deux services : la Police municipale va s’installer dans l’ancienne Gendarmerie tandis que le foyer des Anciens va accueillir le Service Jeunesse. Décidé dans la précipitation et sans vraie concertation, ce déménagement inquiète le Club montivillon du 3ème âge.

À quand un budget pour les Montivillons ?

L’absence de lisibilité pour ne pas dire le flou et un manque de visibilité caractérisent le budget 2019. Nous avons voté CONTRE. Le 1er janvier, l’intégration de notre ville dans la nouvelle Communauté Urbaine (où notre groupe aura deux élu.e.s, Jérôme Dubost et Nada Afiouni) pose de nombreuses interrogations restées malheureusement sans réponse. Par ailleurs, comment voter un budget quand l’horizon en termes d’investissement ne va pas au-delà de 2020 ? Nous avons encore dû supporter des propos polémiques d’élus de droite osant proclamer que « rien n’avait été fait » avant leur élection en 2014. Et une question s’impose : où sont les Montivillons dans ce projet de finances ? La concertation est absente, les habitants sont les oubliés ! Alors que l’environnement devrait être une priorité de nos politiques publiques, ce budget prévoit une baisse de 25 % des dépenses dans ce secteur. En revanche, ce budget comprend des dépenses en hausse … pour la communication ! Les dépenses de personnel représentent 62 % du total du budget de fonctionnement. La réorganisation – ou plutôt la désorganisation – des services orchestrée par le Maire explique cette envolée des coûts. Qu’il s’agisse de la « placardisation » de la directrice de la communication, du limogeage du directeur général des services (à deux ans de sa retraite), du licenciement de la directrice du service culturel, de l’audit du service culturel (14 371 €), de la facture à un cabinet parisien pour le recrutement de la nouvelle DGS qui quitte déjà notre collectivité en janvier 2019 … Les Montivillons payent les inconséquences du Maire en matière de ressources humaines.

Pourquoi le Maire s’en prend-t-il aux jardins ouvriers ?

La Ville a dépensé 70 000 euros pour le rachat du terrain Ternon du côté de la sente des rivières mais quel est le vrai projet ? Pourquoi se débarrasser de jardins ouvriers qui bénéficient de bonnes terres maraîchères et qui sont un complément de pouvoir d’achat ? Nous déplorons que le Maire ait déjà ontraint le 1er août des jardiniers, parfois des femmes seules, à déguerpir. On leur a promis en septembre une réunion d’information qui n’a jamais eu lieu ! Nous demandons au Maire d’ouvrir un dialogue avec les riverains et les différents usagers et pourquoi pas de soutenir la création d’une association comme à La Clinarderie ou à Belle Étoile.

Défendre le pouvoir d’achat des Montivillons !

Nous avons proposé de geler les tarifs municipaux pour 2019. Dans le contexte social, cet effort de notre collectivité aurait pu être consenti, chiffres à l’appui, dans l’intérêt des Montivillons les plus modestes. Cela aurait pu compenser – en partie – ce qui leur a été enlevé par le Maire lorsqu’il a décidé de baisser de 100 000 euros le budget du CCAS. À Montivilliers, hélas, la majorité de droite n’a même pas daigné examiner cette proposition. Ce gel des tarifs municipaux, c’était autant de gagné pour le pouvoir d’achat des Montivillons puisque cela concernait des coûts du quotidien : les tarifs de restauration scolaire, enfance et jeunesse, les centres de loisirs, les loyers communaux et ceux des résidences pour personnes âgées.

Une communication bien ciblée

Savez-vous que nous, élus municipaux, ne recevons plus aucun planning des événements qui concernent notre commune ? Nous profitons de cette tribune pour dénoncer cette rétention d’information. Par ailleurs, nous défendons qu’un journal municipal doit parler des Montivillons et ne pas devenir l’album photos personnel du Maire !

Une nouvelle année s’annonce

Nous vous adressons tous nos meilleurs voeux pour 2019. Que la nouvelle année vous soit heureuse et source d’épanouissement. Nous espérons surtout que le monde dans lequel nous vivons reprendra des couleurs.

A bientôt dans Montivilliers.

Nous vous disons à très bientôt,
Pour nous contacter : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com ou 06 01 31 40 84 ou page Facebook : Agir ensemble pour Montivilliers

Les élus municipaux de l’Opposition : Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Gilles BELLIERE - Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Damien GUILLARD

 

> MONTIVILLIERS BLEU MARINE

Montivilliers en gilet jaune ?

Montivilliers sera absorbée par une communauté urbaine le 1er janvier 2019 avec l’accord du Maire et du conseil municipal, gauche et droite confondues, et en dépit de mes protestations. C’est une trahison des électeurs montivillons, qui ne leur avaient nullement donné mandat en 2014 pour organiser l’effacement de notre ville. Résultat : l’objectif n°1 du budget 2019 est le «maintien des services de proximité» malgré la diminution de compétences et de moyens induite par la création de la communauté urbaine. Quel aveu d’impuissance !

Comme en plus Montivilliers croule sous l’augmentation des taxes - par exemple + 172% de la TICGN entre 2012 et 2017 ! - on en déduit que notre ville est à la fois victime de mépris et d’étranglement financier, exactement comme les gilets jaunes auxquels j’exprime ici ma solidarité.

Je vous souhaite néanmoins une bonne année 2019.

Gilles LEBRETON
Montivilliers Bleu Marine
facebook.com/gilleslebreton.fn

 

> PARTI COMMUNISTE FRANCAIS

A l’heure où ces lignes sont écrites, les gilets jaunes, rouges, les robes noires et les bleus de travail manifestent pour le pouvoir d’achat. Les familles des classes populaires et des classes moyennes, et elles sont nombreuses à Montivilliers, réclament de pouvoir vivre dignement de leur travail.

Chacun a bien compris que derrière les cadeaux aux grandes entreprises, la suppression de l’impôt sur la fortune, l’étranglement financier des communes il n’y a qu’une seule volonté : celle de satisfaire les plus riches de notre pays.

Les communistes et les insoumis ont, ensemble, au Parlement, exigé le rétablissement de l’ISF, l’augmentation des salaires et des retraites, et la hausse des dotations de l’Etat afin de baisser les impôts trop lourds dans nos communes et développer les services publics. C’est une question de justice fiscale !

Voilà l’essentiel et le voeu utile que je formule, avec vous, pour 2019 : que chacun puisse vivre mieux, dignement, qu’il travaille ou qu’il soit

à la retraite.

Aurélien LECACHEUR
Conseiller municipal
aurelien.lecacheur.mtv@gmail.com

En un clic, retrouvez :