Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

TRIBUNES MAI-JUIN 2016

Vous trouverez ci-dessous les tribunes du mois de mai 2016
 

 > tribune du groupe Agir ensemble pour Montivilliers

Madame, Monsieur,                                                                                

1/ Budget de la ville : fébrilité et immobilisme

Lors du vote du budget, nous avons fait le choix de discuter sereinement alors que le Maire est apparu sur la défensive et parfois, a fait preuve d'une certaine fébrilité et d’une surprenante agressivité.

L'opposition dispose normalement de droits. Sachez que cette année, nous avons été privés de la communication de certains éléments du budget. Nous n'avons pas eu connaissance des derniers arbitrages décidés. Des commissions ont été annulées sans aucune explication ...

Avant le vote du budget, il y a eu une commission des finances qui a duré 12 minutes, questions de l'opposition comprises. Est-ce là le signe d'une volonté d'échanges et de partage ?

 

Le budget voté par la droite traduit un manque de lisibilité, d’ambition et de projection dans l’avenir. Quelles sont les priorités ? Quelles sont les orientations ? Quel est le cap ?

Lorsque nous évoquons le PPI (Plan Pluriannuel d'Investissements), nous découvrons qu'il s'appuie sur des projets programmés de longue date. Rien de nouveau donc sous le soleil montivillon ; étrange pour une liste qui s'intitulait « le Renouveau » !

Deux points évoqués : la volonté d'obtenir une « troisième fleur » pour un coût d'investissement de 166 000 €, et un coût de fonctionnement annuel de 151 000 €. Est-ce la priorité dans le contexte actuel d'autant plus que notre ville est déjà reconnue pour la qualité et l'entretien de ses espaces verts ?

Second point : « la vidéosurveillance ». Sur ce dossier, il n'y a eu aucun débat sur le lieu d'implantation, sur les enjeux et sur le financement. La somme est importante : 300 000 euros répartie sur cinq ans. Nous demandons des comptes surtout que nous avons vu fleurir des caméras ici ou là sans forcément en comprendre la pertinence (3 caméras installées Place Julien Boucher !).

Le Maire de Montivilliers ne peut continuellement mettre en cause la seule responsabilité de l’État. La ficelle est trop grosse surtout que M. Fidelin appartient à LR (ex-UMP) qui a inscrit les baisses des dotations de l’État dans son programme électoral.

La droite montivillonne a fait des choix qui ont occasionné des dépenses coûteuses et inutiles pour la Ville. Le total avoisine les 100 000 euros et pour ces dépenses-là, l’État n’y est pour rien : la fin du contrat du DGS ; le recours à un cabinet parisien pour recruter son successeur ; un audit du service de la communication ; l'heure de conférence d'un économiste ; la participation à la Transat Jacques Vabre … D’ailleurs, nous attendons toujours de voir les factures !

Nous déplorons que le Maire ait abandonné la démarche Qualiville, que le budget d'achat de livres soit en baisse ou encore que les familles soient mises à contribution pour les TAP.

Dans un état d'esprit positif, notre groupe a salué les gains sur les contrats d’assurance. Cette économie est rendue possible grâce à l’audit mené par un stagiaire, missionné avant l'installation de la nouvelle équipe en 2014.

Nous nous réjouissons que le niveau des subventions aux associations soit maintenu pour 2016. Nous en prenons acte et serons vigilants pour les années à venir.

Les budgets du Développement Économique ont toujours été sains et dynamiques. L'actuelle majorité ne fait que récolter les bénéfices des négociations menées antérieurement. Aux propos excessifs de certains élus de droite affirmant que « rien n'avait été fait à Montivilliers » [sic], nous rappelons que les équipes de gauche depuis 1977 ont créé des zones d’activités, une pépinière et un hôtel d’entreprises. L’ancien Maire de Mannevillette a donc trouvé, en arrivant à Montivilliers, un beau potentiel d'attractivité économique qu'il faut consolider.

En 2015, notre groupe avait voté contre le budget de la droite qui avait supprimé 100 000 € à l'épicerie solidaire aux familles modestes. Nous avions aussi dénoncé le choix de rendre payants les T.A.P pour les élèves.

En 2016, nous avons voté contre ce budget qui laisse apparaître des dépenses qui auraient été utiles ailleurs et surtout au service des familles et des jeunes.

Montivilliers, ville à taille humaine, a besoin d'avoir des projets utiles au plus proche des préoccupations des habitants. Le budget de 2016 est malheureusement marqué par l'immobilisme. Une ville qui n'investit pas, c'est une ville qui s'endort.

2/ Bel exploit sportif d’un Montivillon … sans le soutien de sa ville

Nous adressons tous nos encouragements à Patrick MALANDAIN, le Montivillon le plus médiatisé de France et pour cause, il traverse le pays en 100 jours en courant 100 kms par jour. Quel exploit inédit ! Au quotidien, les médias évoquent ce défi sportif. Montivilliers aurait pu être à l’honneur en bénéficiant d’une belle opération de communication … et bien c'est râté ! La municipalité n’apporte ni aide logistique et ni soutien financier. Et quand on se rappelle les factures pour la loge VIP au Stade Océane ou pour la Transat ... !

3 / Passage en force et sectarisme

L’attitude décrite précédemment ne relève-t-elle pas d’une posture sectaire ?

Et que penser de ne pas inviter le Conseiller Départemental à certains événements ? Pour mémoire, dans les précédents mandats, l'ancien conseiller général (D. Fidelin) était invité au repas des Anciens. Depuis qu’il est Maire, il ne convie pas le nouveau conseiller départemental. La gauche se montrait respectueuse et républicaine … la droite n'en porte que le nom !

Plusieurs fois, nous avons évoqué les relations devenues « compliquées » entre l'exécutif et le personnel. Une fois encore, nous dénonçons la méthode brutale qui consiste à passer outre l'avis défavorable de deux Comités Techniques. Le Maire a fait passer (à huis clos) une délibération visant à verser un régime indemnitaire de 500 € par mois à un agent récemment recruté. Nous ne dirons rien de plus sur cette situation. Nous nous positionnons uniquement sur le plan de l'égalité de traitement des agents. Nous défendons avant tout la notion de service public et le sens de l'intérêt général. Que penseront les 80 agents municipaux de même catégorie qui n'ont pas eu d’augmentation et qui, pour certains, exercent depuis des décennies ? Les instances paritaires et les représentants du personnel n'ayant pas été respectés, nous avons refusé de participer à ce vote.

A bientôt,

Pour nous contacter : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com ou 06 01 31 40 84

Les élus municipaux de l'Opposition :
Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Pascal DUMESNIL
Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI

 

 > tribune du groupe Montivilliers Bleu Marine

Un budget 2016 avec des ombres et des lumières.

Le budget 2016 de la Ville a été adopté le 29 mars. Je me suis abstenu pour tenir compte des efforts de la municipalité qui n’augmente pas la part communale des impôts locaux malgré une situation financière préoccupante (440 000 euros de dotation de l’Etat en moins, 60 000 euros de plus à verser au Fonds de péréquation intercommunale). Je salue aussi ses efforts pour maintenir un financement correct à nos associations (AFGA, AMISC, associations sportives, etc.).
J’ai dénoncé en revanche la hausse de 1% des tarifs des services publics communaux, et la hausse de 2,69% des charges de personnel. Conformément à mes engagements, je fais ainsi oeuvre d’opposition constructive.


Gilles LEBRETON
Montivilliers Bleu Marine
www.facebook.com/gilleslebreton.fn

 

> tribune du groupe Parti Communiste Français

"Texte non parvenu dans les délais impartis ».

En un clic, retrouvez :