Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Patrimoine et tourisme

ABBAYE DE MONTIVILLIERS
Un chemin de mémoire


Abbaye_Paysage.jpg

L’ancien «Monasterii Villare» qui a donné son nom à la ville, fait partie des grandes fondations monastiques du VIème siècle dans la basse vallée de la Seine. Saint Philibert, fondateur de Jumièges, y établit en 684 un monastère féminin qui sera détruit par les Vikings et ne se relèvera qu’au début du XIème sous la dépendance de l’Abbaye de Fécamp.
Grâce à la charte d’exemption attribuée en 1035 par le Duc de Normandie Robert le magnifique qui rend à l’Abbaye son autonomie et lui donne des moyens d’existence, la construction de la grande église, excellent témoin de l’architecture normande à l’époque de Guillaume le Conquérant, peut être entreprise dans la seconde moitié du XIème siècle.

AbbayeCloitre.jpgTout au long du Moyen-Age, l’Abbaye connaît toujours un grand rayonnement notamment sous l’Abbesse Louise de l’Hospital.
La vie Monastique cesse en 1792, suite à la Révolution Française. L’Abbaye deviendra alors le siège du District et de la société Populaire, prison et garnison. Au XIXème siècle, elle abritera une filature de coton, puis une raffinerie de sucre et enfin une brasserie.
Le domaine abbatial est racheté par la collectivité à partir de 1979.

 

Réhabilitation de l’Abbaye :
De 1989 à 1994 : réhabilitation du logis des Abbesses du XVIIIème siècle pour y implanter la bibliothèque Condorcet.
Entre 1997 et 2000 : travaux dans le cloître, les autres bâtiments et le projet touristique.
L’Abbaye est classée monument historique depuis 1992.

 

LA PROMENADE DE L’ABBAYE - UNE VISITE AUDIOGUIDEE
Cette promenade, pour enfants et adultes, présente les sites du domaine abbatial de façon originale et permet de partager la vie des moniales et des habitants au Moyen Age.
Durée de la promenade : 1h (Français, Anglais, Allemand, Italien et Espagnol)

PARCOURS – SPECTACLE
«CŒUR D’ABBAYES»

L’Abbaye de Montivilliers, totalement restaurée, a ouvert ses portes le 1er juillet 2000, avec un parcours-spectacle «Cœur d’Abbayes».Abbaye_parcours.jpg
Guidé par les techniques audiovisuelles les plus modernes, vous pénétrez dans le rêve et l’émotion.
«Cœur d’Abbayes» vous invite à parcourir les différents lieux de mémoire de l’Abbaye bénédictine de femmes de Montivilliers.

Renseignements, réservations et tarifs :
(Gratuit pour les Montivillons)
Abbaye de Montivilliers - Jardin de l’abbaye
Tél. : 02.35.30.96.66
Fax : 02.35.30.96.65

Le réfectoire gothique de l’abbaye accueille toute l’année des expositions

Les autres lieux du patrimoine : L’Aître de Brisgaret, la Fontaine, la Pierre Grise, le Temple Protestant, les Halettes, la rue Cardot, la Place du Cœur, les Remparts, la rue Vielle Cohue, l’Hôtel Dieu.

Différentes activités

Caligraphie.jpgAteliers du patrimoine

L’église de Montivilliers

Cœur d’Abbayes

Initiation à la calligraphie

Les Maisons du Moyen Age

Ateliers temps conté

Pour toutes informations, contactez :
Lia ROPIQUET / Jérôme MALHERBE
« Cœur d’Abbayes »
Jardin de l’Abbaye
Tél. : 02.35.30.96.66
Fax : 02.35.30.96.65
www.abbaye-montivilliers.fr

 


 

 AITRE DE BRISGARET

Pourquoi le cimetière Brisgaret a t-il été crée ?
Brisgaret1.jpgPendant très longtemps, l’inhumation des paroissiens de Saint-Sauveur de Montivilliers s’est faite soit dans l’église pour les personnes notables, soit dans le cimetière proche pour la plupart d’entre eux. Ce cimetière se trouvait sur le flanc nord de l’église abbatiale. Parmi les raisons qui peuvent être avancées c’est d’abord l’importante mortalité qui frappe Montivilliers et ses environs, comme la Normandie toute entière, dans les années 1436 – 1450. Depuis le milieu du XIVème siècle, la peste s’est installée en Normandie. Elle va multiplier ses retours offensifs jusqu’à la fin du XVIIème siècle. Les morts envahissent les cimetières et la solution ne peut être que dans la construction de sépultures supplémentaires. Le manque de place dans Montivilliers à l’urbanisation très dense, oblige à chercher un emplacement « hors les murs » d’où le choix de Brisgaret. Le lieu situé sur une hauteur vers l’est, met la cité à l’abri des « pestilences » emportées par les vents dominants qui soufflent de l’ouest. La construction du collatéral nord de l’église abbatiale est probablement une autre raison importante de la création du nouveau cimetière.

Source : Recueil de conférences n°1 de l’association « Montivilliers, Hier, Aujourd’hui, Demain »
« Un témoin du temps des pestes : l’Aître de Brisgaret de Montivilliers » par Jean LEGOY

 

L’aître de Brisgaret, pourquoi ce nom ?
L’aître désigne l’entrée du cimetière. Le nom Brisgaret provient de l’expression populaire « Brise Jarret ». On comprend donc mieux cette expression lorsque l’on s’y rend à pied.

HistoireBrisgaret.jpg


Son architecture

La galerie
Brisgaret3.jpg
La charpente est composée d’entraits (poutres horizontales placées dans le sens de la largeur) et d’arbalétriers cintrés dont l’écartement est maintenu par d’autres entraits, et que soutient une pièce verticale : le poinçon. La voûte que supportent ces fermes principales forme un berceau. Le toit est couvert de tuiles.
Brisgaret4.jpg
Les piliers de section octogonale ont, sur leur chapiteau, des sculptures représentant différents personnages, des écussons avec attributs funèbres et, dans tout son cruel réalisme, la Mort, comme aimaient la représenter les artistes du XVIème siècle.
Brisgaret5.jpg
La fresque :
sa représentation s’apparente à un char de triomphe. Prenant sa source dans les victoires des empereurs romains, il représente un défilé victorieux. Les quelques traces visibles nous montrent un majestueux personnage placé entre deux colonnes et vêtu d’un manteau richement brodé, un char portant une ornementation mortuaire, un homme vêtu à la mode du XVIème siècle.

La Chapelle et son retable
Au milieu du XVIème siècle, une chapelle est construite à l’extrémité nord-ouest de la galerie. En 1602, Pierre Larbitre éleva, au-dessus de son autel, une contretable représentant la Résurrection de Lazare. De nombreux spectateurs aux attitudes variées (détail hyper-réaliste : l’un d’entre eux se bouche le nez !) assistent au miracle opéré par le Christ…
Dans la seconde moitié du XVIème siècle, en gage de leur espérance en une autre vie, les paroissiens de Saint-Sauveur ont érigé, à Brisgaret, à l’Est de la galerie, une élégante croix gothique.
Brisgaret6.jpg


La restauration
Dans le cadre de la valorisation du patrimoine historique de la Ville, la municipalité a souhaité avec le soutien de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et du Département, engager la restauration de cet édifice remarquable. Le chantier a donc débuté en novembre 2012 et se terminera à l’automne 2013. L’Aître de Brisgaret à Montivilliers, l’Aître Saint Maclou de Rouen et l’Aître de Monfort l’Amaury (78) sont les derniers témoignages visibles de charniers pourvus de galeries installés dans un cimetière. L’intérêt de l’édifice, déjà partiellement étudié et relevé par le Centre de Recherche des Monuments Historiques, réside dans sa relative rareté typologique. Sa charpente authentique, la présence d’un certain nombre de graffitis (associés à des scènes du XVIème siècle dessinés sur les murs) et un original retable de gypserie (décor architectural de plâtre ou de stuc mouluré et sculpté) dans la chapelle, complètent la qualité exceptionnelle du site. La maîtrise d’oeuvre de ce chantier est assurée par Régis Martin, Architecte en chef des monuments historiques.
Brisgaret7.jpgBrisgaret8.jpg

 

 

 

 

 
 

Luc LIOGIER Directeur de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles)
« Cette initiative de restauration de l’Aître, je la qualifie de rare et exemplaire pour la région car il faut noter qu’en France il y a très peu d’édifice comme celui-ci. L’Aître de Brisgaret est un lieu emblématique du Moyen-âge, je pense que c’est important pour la Seine-Maritime. Montivilliers a déjà un riche patrimoine, l’Aître de Brisgaret vient compléter le patrimoine de l’Abbaye. Cette ville sera un lieu culturel de par son Temple, son Abbaye, les Remparts, l’Aître de Brisgaret et pour finir le futur cinéma. Après les travaux, dans un an, j’espère revenir pour assister à l’inauguration de ce merveilleux édifice. En attendant, je félicite la culture qui se dégage autour de cette restauration ».
Brisgaret9.jpgBrisgaret10.jpg

 

 

 

 

 

Brisgaret_Toiture.jpg

 

La croix gothique a été renovée
Brisgaret_Croix.jpg

 

 

En un clic, retrouvez :